La dépression, un passage

La dépression est des grands maux de l’âme de notre ère mais n’est, à mon sens, pas une maladie. Pourtant, elle va créer éventuellement des maux physiques (la fibromyalgie y est notamment associée) si on ne soigne pas le mal de l’âme qu’elle crie à travers la souffrance qu’elle apporte.

Il y a quelques années, lorsque j’ai entendu le Dr. Oliver Soulier, un médecin holistique français, parler de la dépression, il a dit ceci (en mes termes) : la dépression est une «dé-pression». C’est comme une marmite à pression (Presto) dans laquelle on a enfoui toutes nos émotions plutôt que de les exprimer. Quand la marmite commence à être très chaude (de plus en plus remplie d’émotions non exprimées), elle commence à faire de la vapeur puis à siffler. Elle nous avertit alors par divers moyens (fatigue, irritabilité, susceptibilité, tristesse, état déprimé, etc.) qu’il est temps de faire baisser la pression.

Si on ne s’en occupe pas, elle va finir par exploser, créant une dé-pression. En faisant ainsi sauter le couvercle (créant la dépression), notre «casserole» va relâcher toutes les émotions refoulées que nous devrons apprendre à gérer et guérir. Le résultat : affaissement de la pression  (= on est en manque d’énergie) et un amas d’émotions devant nous. Le masque vient de tomber…

Les causes

Ayant moi-même passé par la dépression, le fond du puit, avant d’en remonter, puis de rechuter car je ne savais pas pourquoi je retombais, puis remonté encore, j’ai enfin compris, en écoutant le Dr. Soulier, la cause principale de mon «mal» : je n’osais alors pas m’exprimer et dire tout ce que je ressentais.

La deuxième cause, je l’ai découverte à travers les guérisons de blessures et d’impressions inconscientes – fausses croyances ou croyances limitantes – qui m’empêchaient d’aller de l’avant, pour MOI, avec MOI : l’estime et la confiance en Soi.

La dépression a donc, pour moi, deux causes principales :

– Elle est l’expression d’un refoulement profond d’émotions : un manque d’expression de notre senti intérieur.

– Elle est associée à un manque d’estime et de confiance en soi.

C’est par un travail avec un(e) thérapeute, l’apprentissage de l’accueil et de l’expression de ses émotions, la déconnexion de ses fausses croyances et la guérison de ses vieilles blessures intérieures que la personne dépressive va trouver la guérison.

Des outils simples et efficaces pour commencer à s’en sortir

Pour commencer à se retrouver en douceur et commencer le travail de guérison, voici quatre outils fort utiles :

Écrire. Cela permet de déposer le trop-plein d’émotions et de prendre un peu de distance des situations qu’on y dépose.

– Écrire quelque part, bien en vue (frigo, miroirs, etc.) la phrase suivante : Je suis la personne la plus importante au monde pour moi.

Prendre un peu de temps chaque jour pour prendre soin de soi : un bon bain tranquille, musique douce, lecture, promenade ou toute autre activité douce qui fait du bien au coeur.

Faire de la méditation. C’est un outil important pour se retrouver au calme intérieur. Il y a quantité de cours en ligne, gratuits, mais le mieux est d’aller en faire en groupe pour se motiver et avoir le soutien du groupe.

Apprendre à voir les petits bonheurs que la vie nous apporte quotidiennement, aussi petits soient-ils. C’est la somme des petits bonheurs qui font grandir le Bonheur 🙂

Décider ce qu’on veut vivre : prendre une page, faire deux colonnes. Écrire d’un côté ce qu’on ne veut plus dans notre vie et, dans l’autre, ce qu’on veut. Ensuite, focaliser nos pensées sur ce qu’on veut, profondément et sincèrement.

Décider de changer notre façon de penser. Apprendre à changer les pensées négatives en positives. Décider ce qu’on veut vraiment vivre. Faire nos choix. Oser les appliquer, les vivre.

La médication

L’emploi de médicaments antidépresseurs peut être nécessaire le temps de remonter la tête à la surface de l’eau. Il est important de suivre la prescription de son médecin tout en suivant une thérapie psycho-émotionnelle (où on travaille avec les émotions et les sensations corporelles, et non pas seulement le mental). L’usage de médicaments pourra être arrêté, en accord avec le médecin, lorsqu’on se sentira assez fort pour continuer sans cette béquille.

La dépression est un passage

La dépression n’est pas une maladie. C’est un temps et un espace que la vie apporte pour nous permettre de guérir nos vieilles blessures, nos peurs, notre impression de petitesse, de rejet, d’abandon, etc…

La dépression se guérit pour qui s’accueille sincèrement et honnêtement et accepte de se regarder pour mieux se retrouver…

Vous pouvez aussi lire mon autre article qui donne des outils pour en sortir.

NOTE : cet article a été écrit il y a plusieurs années. J’ai par la suite découvert d’autres causes de ma dépression dont je parlerai dans un autre article mais je vous les nomme succintement ici :

  • En prenant une alimentation chaude et cuite, certains aliments-clé et peu de sucres, je prends soin de ma rate, le siège du goût de vivre. Cela aide déjà beaucoup.
  • Une cure ayurvédique de deux semaines en Inde m’a aussi beaucoup aidée.
  • Un travail énergétique par mon acupuncteur et la prise quotidienne de ses élixirs de plantes a changé radicalement mon humeur en l’espace de 24 heures.
  • La découverte que j’avais un jumeau perdu, et ma rencontre avec lui, m’a enlevé une grosse ombre que je portais depuis ma naissance. J’avais un sentiment lancinant d’envie de mourir, sans être suicidaire du tout. Quelque chose qui m’attirait dans la mort. Après la réalisation que j’avais eu un jumeau, cette ombre s’est totalement effacée.
  • En travaillant avec un moine bouddhiste au Sri Lanka, j’ai pu déconnecter un vieux et lourd karma que je savais porter mais qu’aucun thérapeute occidental n’avait jamais détecté. Cela a fait une grande différence dans ma vie.
  • En discutant avec une amie médium, j’ai découvert et déconnecté la cause d’une profonde culpabilité/honte toxique qui me tirait à terre en permanence. Cela a été un grand saut vers un équilibre émotionnel, une paix et une joie de vivre quasi quotidiennes.

La dépression provient souvent de plusieurs de ces facteurs : éducation, alimentation, énergétique, émotionnel, karmique, etc… et on doit donc aller chercher à plusieurs niveaux pour les déconnecter afin de retrouver la paix et la joie.

Je ne sais pas si on peut dire un jour qu’on est guéri de la dépression mais, pour moi, je le suis au moins à 95 %. Rares sont aujourd’hui les moments où je me sens descendre vers la déprime. Quand je m’en approche, je décide instantanément de ne pas m’y laisser glisser et prends des actions et outils pour. J’ai aujourd’hui la force de vivre et être heureuse.

La vie et le bonheur, c’est NOTRE décision….

Avec amour et compassion,

Dominique Jeanneret
Thérapeute, Québec

© Tous droits réservés sur tous mes articles. Vous pouvez les reproduire (en tout ou partie) à condition de ne rien y changer et de laisser ce dernier paragraphe avec le lien vers www.dominiquejeanneret.net. Merci de respecter ainsi mon travail.

———————————–
* D’autres facteurs peuvent entrer en ligne de compte : énergétique, physique, psychologique et spirituel sont à considérer dans un tout.

One thought on “La dépression, un passage

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *