Découverte de l’Ile de la Réunion

LA RÉUNION, novembre. L’été commence et le temps des pluies aussi. Nous sommes au sud de l’Équateur, là où les saisons sont inversées et où l’eau tourne « à l’envers » dans l’évier.

Première journée à La Réunion. La vue sur la mer depuis la maison, à 1400 m d’altitude. En 20 minutes d’auto, on arrive au bord de la mer et on peut avoir environ 10oC d’augmentation. Il y fait nettement plus chaud

Les fleurs un peu partout, de toutes les couleurs. Des arbres rouges, mauves, des bougainvillées le long des routes… La flore est tellement riche et de toute beauté à l’année !

Au petit déjeuner, confitures locales « Royal Bourbon » de letchi, ananas et goyavier. Jus de mangue, goyavier et ananas avec un titre tellement charmant : « Caresse créole »

Pour le lunch, un tour au Tinto, la crêperie du village où j’ai mangé la meilleure crêpe de sarrasin de toute ma vie, meilleure qu’en Bretagne ! Le menu est dans un grand cahier dont la couverture est faite de feuilles de bananiers et autres pièces de nature locale…

Il reste juste au soleil à venir faire coucou pour de vrai. On arrive dans la saison des pluies et c’est plus nuageux ces jours mais la chaleur y est

Je me sens vraiment gâtée par mon amie et je sens que je vais passer un temps magnifique ici. Merci la vie ! Merci Mabeille !

Trois jours plus tard

J’y suis arrivée il y a à peine trois jours et deux choses m’ont frappée dans les heures suivant mon arrivée :

1. Au fil des routes empruntées entre St-Denis au nord et St-Pierre au sud, puis à monter dans la montagne chez mon amie, j’étais toute mêlée. Je ne savais plus où j’étais.

La Réunion est un département français dans l’Océan indien, à quelques encablures de Madagascar, à « droite » (Est) de l’Afrique. On y trouve toutes les enseignes de magasins qu’on trouve en « métropole », la France comme l’appelle les Réunionnais. Pourtant, la façon dont les maisons (cases) sont construites, les échoppes sur le bord des chemins et la végétation tropicale luxuriante me font tellement penser au Sri Lanka !

2. Alors que, en Amérique ou en Europe, on différencie assez facilement les races humaines entre Noirs,  Blancs, Jaunes et Rouges, sans compter les diverses religions bien différenciées – et avec le racisme qui va avec souvent -, à la Réunion, on a tellement de métissages de toutes les races qu’on ne sait plus vraiment l’origine de chacun. C’est impressionnant de voir toutes ces personnes provenant chacune de plusieurs métissages, toutes typées différemment. De voir même, dans une même famille, les membres être assez différents comme s’ils ne venaient pas des mêmes parents.

A la Réunion, il existe une tolérance raciale qu’on ne connaît pas et qui est un exemple d’accueil et de non-jugement à ce niveau…

Une journée au soleil

Comme j’habite chez une amie à 1400 m. d’altitude, je me lève avec le soleil mais le brouillard se pointe vers l’heure du midi, se permettant même d’entrer dans la maison ! Je n’avais jamais vu ça…

Nous avons donc décidé d’aller « en bas », vers le soleil et la chaleur (nous avons env. 10oC de moins qu’en bas), à Cap-Méchant, pour déguster une « salade de palmistes » = une salade de coeur de palmiers, des vrais, pas en boites ! Un goût délicat et très fin, délicieux, rien à voir avec ceux en boîtes !


Roche volcanique (basalte) – Salade de palmistes (coeurs de palmiers),
gousses de vanille fraiche, bougainvillées rouges et hibiscus rose.

Mon amie m’a ensuite amenée me balader le long de la falaise qui surplombe la mer. La roche est entièrement volcanique, du basalte de différentes densités, formes et teintes. Nous ne sommes pas loin du volcan qui se réveille chaque année, le Piton de la Fournaise. L’eau de la mer a de magnifiques teintes de bleus 🙂


Falaises en roche volcanique

Le long de la promenade en haut de la falaise, la roche est recouverte d’une petit gazon appelé « herbe pique-fesses » et qui est pourtant assez doux aux pieds.

Des « vacoas« , arbres aux troncs multiples portent des fruits, des « pinpin », qui ressemblent à de grosses pommes de pin dont on cuisine les fruits comme un légume :

Vers 16h, retour à la maison dans la montagne, et dans le brouillard et environ 18oC. Il a plu en haut alors que nous étions au soleil à 28oC en bas, à 20 minutes de voiture.

Sur l’autoroute, les flamboyants (oranges) et les jacarandas (mauves, en fin de floraison) illuminent la route de leurs couleurs tandis que les palmiers nous montrent le chemin…

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *