Repos et réflexion en Bretagne

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Je suis arrivée en Bretagne il y a deux semaines où j’ai animé le stage de 5 jours La Grande Traversée avec 15 belles personnes. Quel cadeau de les voir partir la lumière dans les yeux et le sourire revenus sur leur visage, comparé au jour de leur arrivée !

Je suis restée encore quelques jours à Chrysalide, le centre où je vais depuis 4 ans pour animer des stages, avant qu’un ami me prête son appartement avec vue sur la mer à Quiberon.

J’avais demandé à l' »Univers » de me permettre de me reposer quelques jours sans rien avoir à faire ou presque, et de pouvoir être seule. J’avais « vu » cet endroit face à la mer il y a quelques temps mais je ne savais pas où c’était et comment j’aurais bien pu l’obtenir. Et puis la semaine passée, une idée. J’ai oser demander. Cet ami, propriétaire de cet appartement qu’il n’occupe pas, a tout de suite mis sa main dans sa poche et m’a tendu les clés. C’est ainsi que je suis arrivée dans ce lieu dimanche soir.

Le soleil et la douceur d’automne sont de la partie tous les jours (sauf hier). Comme je suis à 25 minutes à pieds du centre-ville et que je n’ai que mes pieds pour m’y amener, je fais au moins 5000 pas par jour et ça me fait le plus grand bien !

La Côte Sauvage

Lundi, une amie qui habite Quiberon m’a appelée et nous avons passé l’après-midi au soleil à marcher dans l’eau et le sable de la Côte Sauvage (photos dans le diaporama ici en haut).

L’énergie qui se dégage de cette plage et la vue de ces rochers sont juste touchants et fascinants. Le même genre d’énergie que j’ai ressentie à Bergen en Norvège dans la forêt des trolls. Je me suis arrêtée un instant, les pieds dans l’eau et le sable, pour sentir ce qui se passait en moi. J’ai fini par en parler à mon amie qui se demandait ce qui se passait avec moi.

– J’ai une drôle d’impression… comme si ces rochers sont vivants, comme les trolls à Bergen ! Ils nous regardent !
– Ce sont des trolls ! Tu as raison ! C’est si rare que quelqu’un s’en rende compte. Je suis contente que tu les sentes ! En plus, ils sont super contents que tu sois là !

J’ai une amie un peu sorcière aussi… 😉

Nous avons marché à travers les rochers entourés de sable. Nous avons traversé des grottes à plafonds très hauts avant d’arriver à une plage puis une autre puis une autre et enfin une petite plage où mon amie s’est baignée dans une crique pendant que les surfers prenaient de hautes vagues au loin.

– Tu sais ce qui me fait rester ici ? m’a demandé mon amie qui se demande parfois si elle n’a pas envie d’aller vivre ailleurs.
– Non ?
– Cette luminosité, ces étincelles de soleil sur la mer… m’a-t-elle répondu, les yeux perdus au loin dans l’immensité chatoyante et éblouissante de cette eau aux reflets infinis.
– C’est la même lumière qui m’a fait tomber amoureuse de la Norvège en 2014, ai-je répondu.

Nous sommes revenues vers l’auto tout en placotant.

– Tu as une chance absolument in-croya-ble ! m’a dit mon amie. Le sable recouvre les cailloux. Il fait super beau et la marée est à la baisse. C’est pour ça qu’on a pu marcher si loin et facilement ! En plus, les trolls sont super contents que tu sois là. Tu es vraiment une sorcière !

Je sentais aussi que les trolls étaient contents et nous surveillaient du coin de l’oeil et nous faisant des clins d’oeil sur les rochers… 😉 Le temps était beau et la plage paisible…

Une rencontre à l’église

J’aime entrer dans les églises, peu importe la confession. L’énergie y est souvent puissante et ressourçante.

Ce matin, en entrant dans l’église de Quiberon (Bretagne), une douce musique classique m’a accueillie. Étonnamment dépouillée, cette église inspire à la méditation et au recueillement. J’ai descendu l’allée avant de tourner à droite pour aller vers les petites lumières. Même si je ne suis pas catholique, j’aime ce rituel d’allumer un lampion et faire une prière pour soi et/ou les gens qu’on aime.

Alors que je m’apprêtais à allumer un grand lampion pour moi, j’ai dû choisir entre un lampion au nom de Ste-Anne, un au nom de la Sainte-Vierge et un autre au nom de Notre-Dame-de-Lourdes. N’étant pas catholique, je me demandais quel lampion j’allais choisir, ne connaissant que très peu les figures catholiques. Au feeling, je m’en allais vers Ste-Anne.

C’est à ce moment qu’est arrivée une dame qui venait, elle aussi, allumer un lampion. Je me suis permise de lui poser ma question. Elle m’a répondu qu’elle-même est juive mais pas pratiquante, qu’elle ne suit aucune religion – toutes les religions aillant fait beaucoup de mal à travers les siècles, m’a-t-elle dit – mais plutôt spirituelle. Comme moi. Seuls respect et bonté sont notre religion.

En fouillant dans sa mémoire, elle s’est souvenue que des amies, en passant devant une statue quelque part dans la région, lui avaient expliqué que Sainte-Anne est la mère de la Vierge Marie aussi appelée Notre Dame de Lourdes. J’avais ma réponse. C’est bien le lampion de Sainte-Anne que j’allais allumer.

Nous avons discuté un moment. Elle a 73 ans mais en paraît à peine 60, a vécu 10 ans au Liban et 30 ans au Congo. Elle m’a confirmé la mentalité africaine dont j’ai fait les frais il y a quelques années. Je m’étais occupée d’une jeune maman célibataire de jumelles qui, du jour au lendemain, avait levé les pattes sans plus jamais donné de nouvelles et sans qu’on ne sache jamais où elle était allée. Que le monde est petit…

J’ai allumé un grand lampion à Ste-Anne pour moi et des petits lampions pour mes amis. Le grand va brûler 9 jours. Le temps de réaliser un nouveau bout de chemin de vie…

De tout coeur

©Dominique Jeanneret
Thérapeute et organisatrice d’évènements et voyages en développement personnel

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.