Les questions à ne PAS se poser pour être heureux

et 10 outils pour les éviter !

Quand les astres jouent au football dans notre ciel

Les astres tournent selon un cycle précis et s’arrêtent sur des points prévus qui font que nous devons agir en conséquence de leurs influences pré-établies s’ils ne sont pas correctement alignés dans notre ciel ? Je n’ai jamais bien compris le rôle des astres mais je sais qu’à certaines périodes de notre vie, la vie nous fait vivre des choses dont on n’a pas forcément envie.

Pas toujours sûre d’avoir le libre-arbitre, en l’occurrence et, parfois, je vous avoue que ça m’énerve d’avoir l’impression de devoir subir là où je ne sens pas avoir le contrôle sur ma vie. Ça doit sûrement vous arriver aussi, non ?!

Après avoir passé certaines périodes désagréables, pour ne pas dire difficiles, mes amies astrologues m’ont souvent dit que c’était parce qu’il y avait eu un noeud dans mes astres. Ah ben ! Même eux s’emmêlent, alors nous ?! 😉 Pour ma part, je dirais que j’ai vécu ces moments plus « désagréables » parce que j’avais encore des choses à comprendre, à nettoyer et à laisser partir, à guérir. Il n’arrive rien pour rien et je suis responsable de tout ce que je me fais vivre.

Il semble cependant, et c’est pour cela que je vous parle des astres, que beaucoup de monde vit le même genre de passages en même temps, chacun à sa façon, suivant la façon dont nos astres étaient placés à notre naissance. On a cependant quand même le choix de vivre agréablement ou difficilement ce qui nous arrive, avec notre ego ou notre sagesse car c’est nous qui choisissons comment on veut vivre notre vie (dans la mesure du possible, bien sûr).

Patience, aussi, quand ça passe. Ça ne veut pas dire qu’on doive tout vivre à fond.

En effet, on se rend compte parfois que ce qui se passe dans notre vie ne nous appartient pas forcément en tout. C’est en prenant du recul sur la situation, une fois qu’on a fait tout ce qu’on a pu pour l’arranger au mieux, et en prenant patience, que la situation va finalement éventuellement se dénouer toute seule. On n’a rien à forcer du tout. Ça m’est arrivé plusieurs fois depuis que j’ai compris que les astres jouent au football dans mon ciel : je ne suis pas obligée de jouer avec eux, d’une part, et d’autre part, et on a parfois juste à patienter jusqu’à la fin de la partie… qu’ils auront jouée sans nous !


Transitions, transformations, notre chemin bouge sans cesse vers le mieux si on reste ouvert à recevoir le nouveau, à sortir de notre zone
de confort et à relever des défis avec confiance.

Le temps de passer à autre chose

Il arrive qu’on ne se sente plus tout à fait, ou même plus du tout bien dans ce qu’on vit. Dès qu’on commence à y penser, un tournant de vie duquel on ne pourra plus s’échapper s’amorce alors spontanément et sans retour en arrière possible. On a eu LA pensée qui a permis à notre âme d’ouvrir la prochaine porte de notre avenir.

C’est le temps d’aller de l’avant. On n’a plus le choix que d’écouter et suivre son intuition et ses rêves. On doit apprendre encore plus à (se) faire confiance même si on a peut-être l’impression de passer dans la machine à laver de la vie (avec le spin/essorage au max parfois, en plus).

Si on refuse l’avancée, si on laisse les peurs nous envahir, si on se débat pour rester où on est, la vie va nous faire vivre toutes sortes de choses désagréables pour qu’on lâche prise et qu’on fasse confiance à notre avenir. Notre gamin intérieur nous teste et nous pousse hors de nos limites, malgré nous et parfois contre notre volonté, ou notre tête dure, plutôt, qu’on appelle aussi ego. Colère, tristesse et déprime arrivent éventuellement en prime. Et ça rime… 😉

Notre âme sait quand on est prêt et quand il est temps pour nous de faire quelques pas en avant vers notre bonheur.

C’est alors le temps où on commence à se poser les questions qui vont éventuellement finir par nous faire déprimer car on n’a pas les réponses tout de suite : « Quel est mon rôle, ma mission sur terre ? », « Que faire de ma vie ? », « Que faire de différent pour être (plus) heureux/se ? », « Comment faire pour avoir plus d’abondance ? », etc., et l’ultime : « Qui suis-je ?« . LA question à ne PAS se poser !

Sans réponses, le stress et la panique risquent alors de s’en mêler. Au lieu de voir tout ce qu’on a de bon, on ne voit plus que ce qu’on n’a pas. Le manque d’argent, de temps, d’amour, d’amis, de confort, de ci et de ça. Le verre est subitement à moitié vide plutôt qu’à moitié plein, ce serait-ce que de 1%. La ligne entre bonheur et déprime est mince.

Pour revenir à la surface et retrouver paix et joie de vivre, il est important de poser quelques gestes.

Il faut tout d’abord comprendre – et accepter – que la clé première de la paix intérieure, de la joie de vivre et du bonheur, c’est de vivre dans l’ICI et MAINTENANT et, donc, arrêter de se poser des dizaines de questions inutiles qui ne découlent que de notre manque de confiance/estime de soi, de notre culpabilité, des auto-jugements et de l’auto-sabotage. Hé oui, rien que ça ! 😉

Donc :

  1. Ne PAS se poser ces questions existentielles. Cela ne sert à rien sinon à nous faire du mal. On n’a pas encore trouvé les réponses et elles n’arriveront probablement pas là. Au lieu de vous demander qui vous êtes, dites plutôt « Je suis » et revenez à l’instant présent.
  2. Être vigilant avec soi pour ne pas se laisser tomber dans la victimite du présent et/ou passé insatisfaisants et/ou souffrants, le présent découlant du passé.
  3. Quand on est quand même tombé dans la victimite (personne ne nous comprend, ne nous aime, etc.), se parler avec fermeté pour revenir au positif. Il n’y a que soi-même qui a le pouvoir sur Soi, personne d’autre. Cela veut dire qu’on doit se parler comme on parlerait à notre double dont on n’est pas content. Il est temps de le secouer un peu pour qu’il revienne à la raison, à la paix, à la joie.
  4. Ne pas se laisser envahir par des pensées et scénarios négatifs, et tourner les pensées négatives en pensées positives. Une situation qui semble négative au premier abord est en fait une situation qui va vous apporter un cadeau. Si si, je vous le jure ! C’est juste que vous ne le voyez pas encore.
  5. Respirer profondément ! Inspirer du positif du ciel et expirer la lourdeur, la douleur, ce qui vous dérange.
  6. Prendre de la distance envers la situation/cause qui nous a amené/e dans cet état négatif et dans ces émotions désagréables. Les mettre comme sur un écran devant soi et juste observer, ressentir, poser des questions et se laisser recevoir les réponses (les messages arrivent de bien des façons, juste rester ouvert/e. Cela peut être un rêve, un message au réveil, un mot dans une pub, une ligne dans un livre ouvert par hasard, etc.).
  7. Avoir l’honnêteté de regarder en vous ce qui passe et vous rend mal. Quels sont les miroirs que la vie/les gens vous reflètent à votre sujet dans cette situation ? Qu’est-ce qui vous appartient dans cette situation et qu’est-ce qui ne vous appartient pas ? Qu’avez-vous à y comprendre ? Est-ce que vous vous comparez, vous dénigrez, vous jugez et/ou vous auto-sabotez ?
  8. Déposer dans un cahier (ou dans votre ordinateur) tout ce qui vous alourdit la vie. Le journal intime est un outil fort guérissant.
  9. Faire une liste des avantages (bénéfices marginaux) de rester dans cette situation désagréable. Exemple : pour se sentir aimé/e, pour ne pas avoir à prendre de responsabilités, pour laisser l’autre décider pour moi, pour ne pas m’engager, pour avoir de l’attention, etc.
  10. Finalement, le plus important : prendre le temps de méditer et toujours se ramener/réaligner sur l’ici et maintenant, la pleine conscience. Méditer peut se faire en tout temps. Nul besoin d’une salle avec un joli coussin de méditation et un Bouddha devant soi. On peut méditer n’importe où, dans le métro, la salle d’attente du docteur, au coin du feu, etc. Pour en savoir plus, je vous invite à lire ce livre. Pour retrouver la joie de l’intérieur, je vous invite à faire la méditation du sourire en visionnant la vidéo ci-bas.

Je vous souhaite de toujours voir le verre à moitié plein, de rester positifs et de ne pas vous laisser envahir par des pensées d’ego désagréables et déprimantes. Je vous souhaite l’amour, la paix et une vie remplie de joie et de cadeaux merveilleux !

PS 1 : Merci de laisser vos commentaires ci-dessous afin qu’ils restent avec l’article et non dans Facebook ou ailleurs.

PS 2 : Pour me suivre dans mes voyages et recevoir des pensées inspirantes tous les jours, cliquez sur J’AIME ma page Facebook et n’oubliez pas de vous y abonner pour recevoir les notifications de publications.

De tout coeur

© Dominique Jeanneret
Thérapeute psychocorporelle et énergétique, accompagnante psycho-spirituelle

© Reproduction interdite sous n’importe quelle forme, en tout ou partie, sans mon autorisation. Merci de respecter les auteurs.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.