Oser développer ses dons

Oser développer ses dons 1

On a tous de l’intuition et des dons. Nous sommes tous médiums mais peu se permettent de les développer pour plusieurs raisons : la peur de l’inconnu, de l’intangible, des jugements, des qu’en-dira-t-on, de ne pas être adéquat, de se faire faire du mal par les entités, etc… Beaucoup de préjugés rôdent autour de ces concepts.

Pour ma part, je me suis sentie extraterrestre depuis toute petite mais je ne pouvais en parler à personne. Du coup, je ne pouvais pas  développer mes dons. En fait, je ne savais même pas que j’en avais. Ce n’est qu’après mon accident et mon EMI à l’âge de 14 ans que j’ai commencé à comprendre que j’avais reçu des dons et ce n’est qu’à l’âge de 28 ans que j’ai osé m’y ouvrir et ai commencé à les développer et les utiliser.

Depuis toute jeune, j’étais hypersensible et HP (haut potentiel) et je sentais que j’avais des dons mais je ne savais pas ce que je pouvais en faire. Cela était très étrange pour moi. Je sentais que ma famille et mon entourage n’y croyaient pas du tout donc je n’avais personne avec qui en parler. J’ai grandi dans des familles scientifiques et littéraires pas du tout ouvertes à la spiritualité et aux énergies, encore moins à l’ésotérisme, et remplies de préjugés. Même les psychologues, d’après eux, étaient juste pour les fous !

J’étais très analytique et mentale, scientifique et très terre à terre aussi. J’avais besoin d’expliquer tous les phénomènes et situations que je vivais tout en croyant en une force supérieure que j’ai toujours appelée Dieu. Je priais depuis toute petite, un rituel que ma mère me faisait faire tous les soirs avant de m’endormir. Sans le savoir, elle m’a appris à croire en une force divine et elle m’a aussi encouragée à suivre mon intuition qui est, en soi, la base de la médiumnité (à mon sens).

Suivre son intuition

C’est cette croyance qui m’a toujours permise d’aller de l’avant avec ma curiosité insatiable tout en prenant pour hypothèse que « je crois en tout jusqu’à preuve du contraire ». En ayant cette ouverture, j’ai pu vivre de nombreuses expériences qui m’ont permise de vérifier et de croire en des choses intangibles et de développer mes dons petit à petit.

Jeune, je ne savais pas à qui m’adresser pour qu’on m’explique ce que je vivais et pour apprendre à utiliser mes dons. Je me sentais assez perdue et impuissante. J’avais l’impression de chercher quelque chose dans le vent. Je ne voyais aucune réponse dans le concret. Malgré certaines lectures qui m’ont donné des réponses, je ne voyais pas comment appliquer mes dons à la vie courante.

J’ai toujours suivi mon intuition à tous les niveaux de ma vie mais, pour la médiumnité et la guérison par les mains, j’avais peur de ce que les gens pourraient dire de moi. Ayant grandi dans une famille bourgeoise qui avait toujours peur du «qu’en-dira-t-on», j’avais appris à faire attention à ce qu’on dit et fait pour ne pas être « déshonorés ».

Je pense, cependant, que ma plus grande peur était de faire du mal aux personnes que je pourrais soigner sans avoir les connaissances adéquates puisque que je ne savais pas comment employer mes dons de guérison et de médiumnité.

L’accident de motoneige

Jusqu’au jour où Philippe, un ami, a eu un accident de motoneige. Nous étions en janvier 1991 à Tadoussac (Québec) avec Stéphane, un ami suisse de passage chez moi, qui avait décelé que j’avais des dons mais je ne savais pas encore qu’en faire aussi je gardais mes mains bien dans mes poches, dans tous les sens du terme !

Philippe avait mal à l’épaule et était allé se reposer dans sa chambre quand Stéphane est venu me trouver et m’a dit :

– Va voir Philippe, il a besoin de toi sinon il va devoir aller à l’hôpital. Il a très mal.

– Que veux-tu que je fasse à Philippe, lui ai-je répondu ? tout en soupçonnant qu’il m’envoyait « au front »… de mes dons.

– Tu sais très bien ce que tu as à faire. Va le voir.

Surprise de l’assurance que Stéphane avait de mes capacités, je suis montée à la chambre de Philippe, ai frappé à la porte et suis entrée. Avec son accord, je me suis assise sur le bord du lit et ai posé mes mains sur son épaule sans trop savoir ce que je faisais mais j’ai suivi mon intuition.

Beaucoup d’énergie passait à travers mes mains dans son épaule. Au bout de quelques minutes, je n’ai pas vu le temps passer, j’ai senti que c’était assez. J’ai enlevé les mains et suis redescendue à la cuisine pour continuer à préparer le souper. Philippe est venu nous rejoindre quelques temps plus tard. Il avait encore mal à l’épaule mais n’a finalement pas eu besoin de soins médicaux.

Accepter et développer ses dons

C’est ce jour-là que j’ai accepté que j’avais des dons et compris que je pouvais faire du bien avec. Dès lors, j’ai suivi des cours de travail énergétique, polarité, guérison par les mains avec un élève d’un chamane hawaïen, etc…

C’est durant mon cours de polarité, en 1993, en faisant un traitement sur un ami, que j’ai commencé à recevoir clairement des messages qui, une fois transmis à la personne à qui ils s’adressaient, s’avéraient être justes. J’ai donc aussi accepté ce don de médiumnité et l’ai laissé se développer au fil des années.

En acceptant ce don, j’ai compris que je pouvais demander et recevoir des messages pour moi mais aussi pour les autres. En consultation, il n’est pas rare qu’une personne décédée se présente pour aider mon client en lui transmettant un message par mon intermédiaire.

Apprendre à développer ses dons

Cela m’aura pris 15 ans avant d’accepter ces dons, les développer et accueillir ensuite les missions qui m’ont été données par mes guides, missions qui me permettent d’Être aujourd’hui dans ma Mission de Vie avec grand Bonheur, d’Être sur mon X, et de transmettre ces connaissances et expériences.

Le développement des dons est un cheminement personnel avant tout, un chemin avec Soi et sur Soi, pour apprendre à nettoyer le canal de Lumière intérieure et s’ouvrir à un espace intangible mais pourtant très juste. C’est ainsi qu’on va pouvoir laisser passer les énergies et les messages médiumniques, transmettre les énergies et échanger avec les guides et personnes décédées en toute confiance et sécurité.

Même si les dons apparaissent parfois soudainement, apprendre à les utiliser adéquatement et de façon sécuritaire nécessite un apprentissage.

Un cours en ligne

Et si, toi aussi, tu pouvais :

  • apprécier ces dons et les utiliser en toute confiance et sécurité,
  • recevoir des outils pour te permettre de cheminer par toi-même dans ton cheminement personnel, de devenir plus autonome;
  • te libérer de tes croyances limitantes et aide à la guérison de blessures intérieures qui t’empêchent de te connecter adéquatement avec ton intuition et tes dons, et d’avancer vers la vie que tu veux vraiment;
  • te sentir plus solide, en sécurité et guidé quand tu recevras les messages de tes guides/alliés, de l’Au-Delà, de l’Univers, de Dieu (on l’appelle comme on veut), de personnes décédées ou vivantes et tu pourras échanger avec eux.
  • te sentir à TA place, sur ton X dans ta vie en général ?

Joins-toi à nous dès le mois de mars 2024 : le cours « Découvrir et développer ses dons » en ligne. Un atelier-formation de trois mois incluant un cheminement thérapeutique, du DEUX en UN !

Un cours d’introduction de deux jours en présentiel sera aussi offert à plusieurs endroits au Québec cette année. Voir l’agenda à dominiquejeanneret.net.

Avec tout mon Amour,

Dominique Jeanneret
Thérapeute en intégration psychocorporelle PCI et Méthodes PEAT
Accompagnante psycho-spirituelle
Énergéticienne, médium, canal et passeuse d’âmes

Photo : Dominique dans la forêt des trolls et élémentaux à Bergen, Norvège, été 2014

© Texte et photo : Dominique Jeanneret – Vous pouvez reproduire ce texte dans votre site ou blog non-commercial à condition de ne rien y changer, de laisser ces dernières lignes et le lien vers ce blog https://dominiquejeanneret.net par respect pour l’auteure, que vous le preniez en entier ou juste un bout. Merci !

 

21 / 100