Gérer une confrontation dans la paix

Quand on nous pousse à bout

Il y a quelques jours, un fournisseur de services m’a poussée dans mes limites, prétextant des choses fausses et ne prenant pas ses responsabilités. La situation avait rapport avec l’argent.

J’ai eu l’impression que, encore une fois, j’allais recevoir le pot d’eau sale après le bouquet de bonheur reçu l’an dernier lors de ce même type de projet. Thème récurent dans ma vie, cela faisait pourtant longtemps que ça ne m’était pas arrivé. En gros, ce schéma faisait que les choses allaient de mieux en mieux puis, sans aucune raison, s’effondraient et je ne pouvais absolument rien faire pour arrêter la chute. Retour à la case départ, où presque.

J’ai laissé la moutarde me chatouiller le nez et le piment alimenter ma colère de me faire vivre, encore une fois, une telle situation. J’ai accueilli en me demandant pourquoi cela m’arrivait encore. J’ai pris du recul car je n’aime pas me sentir dans ces émotions négatives. Je ne voulais cependant pas fuir mais plutôt confronter sainement.

À bout d’arguments pour défier et déconnecter cette situation, j’ai décidé de ne plus répondre à ce fournisseur qui me poussait dans mes limites, m’accusant de ses fautes et m’imposant ses règles tout à fait injustifiées et injustes.

Prendre du recul

Avant, quand on m’attaquait, m’accusait, me confrontait, je figeais. Je ne savais pas comment me défendre. Je faisais ce qu’on appelle de la « sidération psychologique », résultat d’un vécu dans la violence où, quand je voulais argumenter et me défendre, je prenais une claque. De quoi se la fermer… Confronter l’autre dans la violence et me mettre hors de moi n’est cependant plus concevable aujourd’hui pour moi. Je devais donc trouver une autre solution.

J’ai donc décidé de prendre 24h avant de répondre à la personne et ai demandé de l’aide d’en Haut.

Petit à petit, de nouvelles solutions et possibilités ont émergé à mon esprit.

Le lendemain matin, j’avais trouvé une solution et, surtout, j’avais retrouvé la paix dans mon cœur. Comme je me refusais à répondre dans la colère, je savais que cette solution – qui me faisait me sentir en paix – était probablement la bonne.

Entre-temps, j’ai payé des factures et ai envoyé de l’argent à une amie, tout en espèces. J’ai touché cet argent de mes mains, fait pas anodin en l’occurrence.

J’ai alors répondu au fournisseur, très calmement, en lui faisant voir ses deux erreurs dans le dossier, qui ne m’incombaient pas, et en lui affirmant ma solution. D’habitude, il répond dans l’heure. Je n’ai pas eu de nouvelles durant 2 jours.

Pendant ce temps, je n’ai pas bougé envers lui tout en restant en contact et en accord avec mes intentions et décisions claires en rapport avec cette situation.

Deux jours plus tard

Je devais avancer sur le dossier aussi j’ai finalement contacté ce fournisseur pour un détail. Il a répondu agréablement, comme si de rien n’était.

Ma solution n’est pas finale mais la collaboration est toujours là et c’est ce dont je voulais m’assurer.

Entre-temps, j’ai reçu plusieurs cadeaux auxquels je ne me serais jamais attendue :

En Suisse, un ami m’a offert une nuit d’hôtel hier soir à Genève, car je partais tôt ce matin, et j’ai aussi reçu un don de la valeur du double de ce que j’avais payé, tout en… espèces (cash).

J’avais donné de mes mains et j’ai reçu dans mes mains. Rien à voir avec les ondes financières qu’on envoie via les sites web et qui enlèvent toute la valeur à l’argent, à mon sens.

Au Sri Lanka, un nouvel agent de voyages vient me chercher à l’aéroport et m’amener chez des amis; un ami là-bas vient de me proposer un appartement gratuitement. Une amie me propose sa maison. Les moines m’attendent pour quelques jours au temple, etc…

Décider de voir la situation autrement et en récolter les cadeaux

Je me sens déborder de gratitude envers tous ces cadeaux mais surtout ces personnes qui m’offrent ces cadeaux. C’est au-delà de tous mes espoirs et juste merveilleux…

Je sens aussi que, en décidant de gérer ce schéma autrement, dans l’accueil et l’amour pour moi, avant tout, cela a inversé l’énergie. Au lieu de s’effondrer, la situation a pris une nouvelle tournure pour continuer à avancer vers le mieux et je me suis laissée m’ouvrir à ce que la vie pouvait m’offrir… et les cadeaux ont afflué d’un coup !

Décider de toujours vouloir rester dans l’amour et la paix amène tellement plus de magie merveilleuse dans la vie, vous ne trouvez pas ? Moi si et j’en ai chaque jour la preuve quand je reste connectée à mes tripes, à mon coeur, à ce que je ressens comme étant juste, et que j’ouvre mes bras à recevoir, simplement… et que je me laisse recevoir, surtout, ce qui n’est pas toujours facile !

Ne jamais se laisser envahir par les sentiments négatifs.
Prendre du recul.
Demande de l’aide en Haut ou à son âme.
Retrouver la paix dans son coeur avant de prendre une décision.

(Re)sentir.
Écouter, remarquer les signes.

Accueillir les réponses justes.
Poser des gestes dans l’amour et la paix.
Rester ouvert(e). Accueillir. Recevoir.
L’abondance ne viendra pas forcément d’où on pense…
C’est vraiment payant, dans tous les sens du terme !

Je suis en escale à l’aéroport d’Abu Dhabi, aux Émirats Arabes Unis. Presque cinq heures d’attente. Demain matin, je serai au Sri Lanka. Après la tempête de neige au Québec et la tempête Ciara en Suisse, je vais continuer mon cheminement à la chaleur… et je vous en enverrai tout plein dès demain 😉

De tout cœur et avec tout mon amour,

PS 1 : Merci de laisser vos commentaires ci-dessous afin qu’ils restent avec l’article et non dans Facebook ou ailleurs.

PS 2 : Pour me suivre dans mes voyages et recevoir des pensées inspirantes tous les jours, cliquez sur J’AIME ma page Facebook et n’oubliez pas de vous y abonner pour recevoir les notifications de publications.

Dominique Jeanneret

© Tous droits réservés, reproduction interdite en tout ou en partie, sans mon autorisation.

Photo : Klimkin


Il reste trois places pour ce beau voyage :

Posted in Non classé

4 thoughts on “Gérer une confrontation dans la paix

  1. Grand merci, Dominique ! Encore une expérience tellement parlante (bien écrite, on suit la progression bien connue !) qui tombe tout à fait dans mon questionnement actuel que je résumerais par « pourquoi je me fais vivre ça ? » Passez un bon séjour ! Amicalement, Nadine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.