À la croisée des chemins

À la croisée des chemins 1

Le printemps et ses premiers bourgeons apparaissent doucement au Québec après un hiver relativement doux. Merci à Mère Nature car c’est le premier hiver depuis six ans que je ne suis pas au chaud sous les palmiers et ça me manque !

Depuis l’automne dernier, toutes mes activités en Europe se sont annulées au fur et à mesure des annonces gouvernementales. J’ai finalement décidé de revenir au Canada où je pourrais me trouver un emploi et renflouer mes caisses bien trouées par cette pandémie. Je suis donc rentrée au Québec à contre-coeur le 25 janvier dernier après plus de trois mois chez ma sœur en Suisse.

J’ai décidé de me réinstaller « pour de bon » dans un logis au village près de Québec, au 2e étage d’un duplex près du bureau de poste. Je suis près de « tout », comme on dit, mais pas de la nature que j’aime tant. Je ne suis plus au bord de la forêt mais au bord de la piste cyclable, ce qui me permet – et m’encourage car j’ai tendance à trouver des excuses pour ne pas le faire – d’aller prendre une marche sur un chemin sécuritaire. Je n’ai plus mon jardin mais un petit balcon sur lequel je vais mettre mes plants de tomates et de basilic. Par mes fenêtres, je vois du monde passer toute la journée, en auto, à pied ou en vélo. Je suis revenue dans la société.

La mer, la chaleur, animer des stages, guider des voyages, rencontrer du monde dans le monde et tout simplement voyager me manquent quand même plus que je ne l’aurais pensé. J’observe de loin mes amis qui ont eu la bonne idée d’aller au Mexique et au Costa Rica cet hiver et qui y sont encore, au chaud sous les palmiers à travailler à distance.

Depuis que je suis rentrée au Canada, après deux semaines de confinement strict, j’ai cherché un emploi et un logis pour me réinstaller en attendant de repartir, peut-être l’automne prochain mais j’ai plus l’impression que ce sera en 2022.

J’ai passé dernièrement par une période un peu difficile au niveau moral. Me retrouver seule dans un appartement, à travailler à distance, ne voir que peu de gens et ne pas bouger beaucoup a fini par me plomber un peu le moral et même le physique. Quand je me retrouve dans une boite, je déprime.

Cependant…

Depuis octobre dernier, j’ai fait le niveau 1 de la formation en méthodes PEAT que je viens de terminer. Il s’agit d’un système thérapeutique surprenant par son efficacité et la rapidité avec laquelle les croyances sont lâchées, les traumas guéris, les blessures de l’âme et du coeur enfin cicatrisées.

En tant qu’étudiante, je devais pratiquer autant sur moi que sur mes collègues. J’ai travaillé sur trois points principaux qui se sont avérés être clairement reliés entre eux : l’argent, le sur-poids et l’amour.

Au fur et à mesure des semaines qui avançaient, et des pratiques thérapeutiques que je faisais, j’ai commencé à voir des changements subtils qui deviennent, avec le temps, de plus en plus clairs et importants. Des portes intérieures fermées et cadenassées depuis si longtemps se sont enfin ouvertes. J’ai touché et pris soin de fonds d’âme tellement profonds. J’ai pété de gros cadenas rouillés dont je ne me doutais même pas.

J’ai aussi fait une formation d’une semaine avec une coach qui est spirituelle et travaille, notamment, avec le chamanisme. Enfin une coach qui me rejoint. Elle m’a permise de faire de belles prises de conscience dont une, très importante : je me suis vue subitement, un jour, à la croisée de deux chemins. La réussite de mes rêves et la lumière, la paix et la joie vers la gauche alors que, à droite, je restais dans un chemin plus sombre, toujours cachée derrière mon ordinateur à voir pas grand monde et à me démener dans ma zone de confort inconfortable et solitaire. Il était clair que je devais prendre une décision très claire. Elle n’a pas été difficile à prendre : je vais dorénavant vers la lumière de ma vie.

L’argent commence à entrer de plus en plus et j’accueille avec confiance et une infinie gratitude tout ce que j’attire et qui arrive dans mon compte en banque.

J’ai animé un atelier sur Zoom dimanche dernier avec huit participantes alors que, lors de tous les précédents ateliers, j’en avais eu entre 2 et 4. Aujourd’hui, la première participante à mon stage que j’adore animer, La Grande Traversée, m’a envoyé son acompte. Cela me rend très heureuse de penser que je vais animer ce stage cet été au Québec en attendant d’aller l’animer à nouveau dans d’autres pays.

Mon sur-poids m’énerve de moins en moins et je m’accepte de plus en plus avec. Un orthothérapeute rencontré lundi passé m’a aidée à l’accepter encore plus en me disant que ces kilos « en trop » sont importants vu mon âge pour garantir mon potentiel osseux vu que mon corps ménopausé ne fabrique plus une hormone pour en prendre soin. Que je dois continuer à manger de tout juste en quantités plus petites. C’est une excellente raison qui me permet de remercier mon sur-poids d’aider mes os à être en santé.

Pour l’amoureux, il n’est pas encore là mais il est dans l’air. J’ai encore des craintes et des blessures à guérir mais je vois des signes, certains assez évidents, que la porte de mon coeur s’est rouverte après tant d’années à prendre soin de moi. Depuis l’an dernier, j’ai remis ce sujet dans mon collimateur et j’espère avoir la joie de le voir apparaître d’ici la fin de l’année. A ce titre, lundi soir, un (beau !) participant à un atelier de tantra que j’avais organisé pour Ma Premo il y a plusieurs années, m’a retrouvée et on a discuté une bonne heure par vidéo. J’ai retrouvé certains picotements subtils dans le corps et ça m’a permise de voir que je commence à être prête à ouvrir mon coeur à un bel amoureux. Enfin, presque, et pas avec ce monsieur, mais cet échange m’a donné quelques signes clairs que ma porte est en train de s’ouvrir. Cela m’a aussi permise de réaligner ce que je veux et ne veux pas dans ma prochaine relation amoureuse.

Ce matin, je me suis levée le coeur léger et ce soir, je vais me coucher le coeur heureux.

Après tant d’années à travailler sur mes blocages à l’abondance à tous les niveaux dans ma vie, je sens enfin que tout est en train de débloquer et ce, grâce à la technique PEAT que je suis maintenant habilitée à utiliser dans mes consultations privées. Les résultats sont tellement magnifiques. Subtils mais profonds et solides.

J’ai une infinie gratitude pour la vie et pour moi d’avoir entrepris ce chemin de guérison auquel j’aspirais depuis si longtemps. Je ne trouvais l’approche qui allait me permettre d’y arriver jusqu’à ce que je rencontre à nouveau les méthodes PEAT l’automne passé et que je puisse enfin faire la formation professionnelle à laquelle j’aspirais…

Je vous souhaite le plus beau des bonheurs, celui de la paix, de l’amour, de la joie, de la santé, de la sérénité et de la prospérité, le tout facilement et de façon fluide et agréable…

Merci de laisser vos commentaires ci-dessous afin qu’il reste avec l’article.

De tout coeur

© Dominique Jeanneret
Thérapeute holistique, accompagnante psycho-spirituelle,
blogueuse et globetrotter

Reproduction interdite – texte et photos – sous n’importe quelle forme, en tout ou partie, sans mon autorisation.

.

54 / 100

2 thoughts on “À la croisée des chemins

  1. Qu’est ce que c’est beau de vous lire, livrer votre intimité avec humilité. Oui il est bon de reconnaître que notre vie est parfois bloquée et que tout ne va pas aussi bien que nous l’aimerions. Cette méthode Peat vous offre de nouvelles opportunités. Je vous souhaite le meilleur.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.