Au sommet de la montagne de Ambulawawa

Après un bon plat de nouilles fines aux légumes pour le petit déjeuner (je vous l’ai dit : rien de sucré le matin ! 😉😂), nous voici partis pour visiter Ambulawawa à quelques encablures de Gampola dans la région de Kandy (la tour blanche tout en haut sur la photo).

La route, très pentue et avec les virages parfois serrés, est en rénovation (élargissement, ce qui est une bonne chose), ce qui nous a valu de devoir laisser l’auto quelques virages plus bas et prendre un tuktuk qui nous a amenés en haut.

Nous avons été accueillis par un charmant monsieur, le responsable des toilettes (à droite sur la photo), qui parle assez bien l’anglais pour pouvoir discuter fort agréablement avec lui. Un monsieur très pauvre mais au sourire éblouissant et contagieux. Le papa de Devi, qui était avec nous, en a profité pour piquer une jasette avec lui alors qu’on attendait que nos amis arrivent avec le 2e tuktuk.

L’idée de créer Ambulawawa était bonne : regrouper, dans un même lieu, les 4 religions principales du pays au centre d’une région où la biodiversité est à son maximum. On y trouve une mini-mosquée, un mini-temple hindou, une mini-église et un espace circulaire avec une statue de Bouddha, tous sis au sommet de la montagne d’où on peut découvrir une nature des plus riches et variées, soit plus de 200 plantes de 80 familles, dont des plantes médicinales.


Le Bodhi Tree (bouddhiste), l’église chrétienne, le temple hindou et la mosquée

Sur le lieu tout en haut se trouvent aussi deux bâtiments qui permettent de monter tout en haut pour aller voir la vue à 360 degrés. Un rond très haut et un autre, bizarrement carré, qui semble vouloir faire penser (d’après ce qu’on nous a dit) à Adams Peak/Sripada où la légende veut que Bouddha, Mahomet et un dieu hindou aient posé le pied.

Le hic de cet espace, qui pourrait être très joli et avec de belles énergies, c’est que rien de spirituel ne semble s’y passer. Lieu de visite des promeneurs du dimanche et des jeunes couples qui viennent y batifoler, les lieux sont mal entretenus, sales et en déconfiture.

Créé par un ancien ministre de l’agriculture, donc par le gouvernement, inauguré par le président du Sri Lanka d’alors le 18 décembre 2006, il est aujourd’hui en des mains privées. Les deux dames de la maintenance nous ont dit qu’elles gagnent 600 LKR/jour (env. 3€/5$CAN) alors que le salaire minimum des ouvriers est de 2000 LKR/jour (env. 10€/15$CAN). On comprend pourquoi elles ne se donnent pas à 100 % pour garder cet espace propre, considérant aussi que les srilankais ne ramassent pas ce qu’ils laissent tomber par terre…

En entrant dans la grande tour ronde pour aller voir la vue, nous avons rebroussé chemin après le premier escalier : l’endroit est vide, austère et sans aucune décoration, sale et les énergies pas bonnes du tout. Étant deux médiums hypersensibles, Dévi et moi nous sommes regardées et n’avons pas voulu aller plus loin.

La petite mosquée et le temple hindou semblent, quant à eux, vivants et agréables. Des activités religieuses y ont lieu contrairement à la petite église : une salle vide avec une peinture bizarre en rouge et noir sur laquelle est posé un Christ en croix sanguinolant. Des énergies noires à faire frémir…

Le lieu n’est spirituellement pas vivant, ce qui explique, d’après Devi, le fait que beaucoup d’esprits non lumineux viennent s’installer là. Pourtant, cet endroit serait très agréable s’il était non seulement entretenu correctement mais aussi animé par des représentants de chaque religion.

Par ailleurs, en entrant sur le site, on y a trouvé un peu partout des amas de crottes de poneys qu’on avait vus plus bas sur la route. C’est avec un balai que les dames déplacent ces crottes, même pas de pelle.


Les 3 poneys au frais à l’épicerie sur le chemin, près du frigo

Contrairement à ce à quoi on s’attendait, nous avons été fort déçus de cette visite. Même mes hôtes, srilankais nouvellement arrivés dans la région, ne s’attendaient pas à ça. Même s’ils vivent simplement, la propreté est importante pour eux, surtout dans un lieu à caractère religieux.

Au retour, Assa nous avait préparé de délicieuses petites crêpes à la farine de riz et eau (pas d’oeufs) fourrées avec de la noix de coco mélangée à du sucre brun….


Les nouilles aux légumes du petit déjeuner

Les crêpes à la noix de coco et sucre brun

A bientôt !

PS 1 : Merci de laisser vos commentaires ci-dessous afin qu’ils restent avec l’article et non dans Facebook ou ailleurs.

PS 2 : Pour me suivre dans mes voyages, cliquez sur J’AIME ma page Facebook et n’oubliez pas de vous y abonner pour recevoir les notifications de publications.

De tout coeur

© Dominique Jeanneret
Thérapeute holistique

© Reproduction interdite – texte et photos – sous n’importe quelle forme, en tout ou partie, sans mon autorisation.

 

 

3 thoughts on “Au sommet de la montagne de Ambulawawa

  1. Bonjour… Merci pour ce beau partage honnête et réaliste! 🙂 🙂 … parce que en ce qui me concerne j’ai tendance à penser « parfait » tous ces endroits « spirituels », mais le paysage du haut de la montagne devait compenser pour tout cela et peut-être inspirer les gens de la place ou des nouveaux à y faire un vrai ménage à tous les niveaux! 🙂 🙂 Ce que j’aurais vraiment aimé (même si ce n’est pas le but de ce message), ce serait d’avoir la recette des nouilles aux légumes et celle des crêpes sans oeufs à la noix de coco et sucre brun. Encore merci et bonne continuité! <3 <3 <3

    1. Bonjour Marie-Denise,
      effectivement, tous les endroits spirituels ne sont pas tenus par des personnes forcément très propres parfois. Cela dépend de leur éducation ;-))
      Pour les recettes, j’y pensais justement. Je les partage bientôt !
      Merci et à bientôt !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.