Vivre en société tout en restant Soi

Je ne fonctionne pas comme tout le monde. Je me suis toujours sentie différente.

Depuis l’âge de 5 ans, je me suis toujours tenue à l’écart pour éviter les coups, n’importe lesquels. Les mots, les mains, les pieds. Je me suis tue la moitié de ma vie jusqu’à ce que je décide de reprendre vie. De réapparaître. D’oser être. Il y a à peine quelques années. De l’âge de 5 ans à 50 ans, je me suis cachée derrière un patron, un client, un dossier, un ordinateur et j’ai vécu une vie de deuxième, derrière…

Pas facile d’avoir été la paria mal aimée de celui qui aurait dû faire office de père. Il n’était pas beau, celui qu’on appelait le beau-père. Il était manipulateur, contrôlant, violent, tyrannique. Il tapait ma mère avec les mots, avec les mains et les pieds. Ma mère, dépressive, tapait sur nous, souvent à fleur de peau et peu de patience. Pourtant, avant, nous étions heureuses les deux.

Je n’osais pas m’exprimer. Pas crier à l’injustice, à la paix, à ma place. Je frôlais les murs quand « il » était là. Je vivais dans ma chambre, mon refuge, dès mon retour de l’école après, souvent, en plus, avoir été brutalisée par deux voisins qui me prenaient pour le bouc émissaire sur le chemin des classes au primaire. Je vivais à l’école ce que ma mère vivait à la maison avec son mari. On attire ce qu’on connaît.

Je ne savais pas me défendre. Je ne savais pas prendre ma place puisqu’on m’avait fait comprendre que j’étais de trop. « On » étant le beau-père. Je me sentais profondément seule et me demandais ce que j’étais venue faire dans ce monde.

Oser m’exprimer

Lionne rugissante, j’avais appris à refouler mon amertume, ma colère et ma haine par en-dedans car je savais que, le jour où je m’exprimerais, je ne serais pas accueillie. Je l’avais déjà expérimenté plusieurs fois.

Pour y arriver, pour qu’on considère un tout petit peu que j’existais et que j’avais un avis, même si j’étais une enfant, j’explosais. Le couvercle de ma marmite sautait malgré moi. Je criais en pleurant pour me faire entendre. C’était la nouvelle façon de faire que j’avais apprise spontanément après que ma mère ait épousé cet homme. Avant, j’avais vécu mes cinq premières années somme toute dans la douceur et la joie même si maman était parfois impatiente. J’étais plutôt « vivante » comme enfant 😉

Dans cette nouvelle vie avec le beau-père, l’expérience m’avait montré que je ne pouvais pas parler calmement pour nommer mes choses puisque tout le monde s’engueulait à la maison. Pour se faire entendre, il fallait lever le ton. Alors je faisais comme eux.

Une claque et un « Va dans ta chambre tout de suite ! Ce n’est pas comme ça que tu nous parles ! » avaient retenti chaque fois que j’avais explosé. Penaude, la rage au coeur, les larmes roulant sur mes joues, j’étais allée me réfugier dans ma chambre.

Croyances perpétuées

Personne pour me consoler. Personne pour m’expliquer ce que j’avais fait de mal. Personne pour m’encourager à devenir une enfant solide et confiante en soi et en la vie.

J’avais imprimé dans mon mode d’emploi de la vie que je n’osais pas exister, que devais juste avoir honte de ce que je venais de faire, me tenir à carreau et me taire. J’ai fini par croire que j’étais un monstre sans savoir comment être autrement. Impasse, moi qui croyait en l’Amour, en la Paix et la Joie, dans les relations agréables…

Toute ma vie durant, et particulièrement jusque dans la vingtaine, je ne savais pas parler gentiment, doucement, même si je sentais toute la douceur en moi que je voulais vivre. Je suis devenue transparente. J’ai opté pour rester dans mon trou de souris tant que je ne saurais pas comment être gentille et accueillie avec gentillesse par les gens.

Immigrer c’est s’adapter tout en restant soi-même

Arrivée au Québec à l’âge de 24 ans, la mentalité étant différente des européens, les québécois m’ont vite fait fermer le clapet encore plus, incapables d’accepter mon attitude : on m’accusait d’arrogance, d’agressivité, « comme ces Français qui s’engueulent tout le temps au lieu de se parler ! », etc.

En Europe, on est clairs et directs. Une fois le sujet terminé, on passe à autre chose sans aucune rancune ni crotte sur le coeur. Au Québec, c’est différent. On doit ajouter gants blancs et marcher sur des oeufs et on laisse souvent trainer des crottes. Les Québécois sont plus susceptibles. Ils sont  différents et on doit s’adapter.

Je voulais juste être gentille « comme tout le monde » mais je n’y arrivais pas. Je ne savais pas comment être pour « devenir québécoise » et me faire accepter. Alors je me suis tue et je suis restée dans mon trou.

L’écriture est devenu mon medium d’expression. Au moins, à travers mes mots, je ne transmettais pas mon « agressivité » et mon « arrogance ». Quoique, même là…

25 ans plus tard, à force de faire des thérapies et du chemin sur moi, j’ai fini par me dire que j’étais devenue quand même pas si mal et que j’avais droit à ma place comme tout le monde. J’ai recommencé à oser m’exprimer. Maladroitement, un peu « raide » encore parfois mais sans aucune méchanceté jamais.

Il restait cependant encore une colère profonde (et peut-être même cette haine que j’avais contre mon beau-père) qui ressortait dans le ton de mes propos parfois et qui m’attristait car je m’entendais parler sans savoir comment faire autrement. Ça va mieux mais c’est encore en voie de guérison…

De la solitude au retour au clan

Depuis trois ans, j’ai commencé à voyager, à rencontrer du monde et vivre quotidiennement avec des gens qui m’hébergent ou avec qui je suis « coloc » alors que je vivais seule depuis tant d’années. J’étais sûre auparavant – j’avais imprimé cette croyance bien claire depuis toutes jeune –  que j’étais incapable de vivre avec du monde, que j’étais invivable. En fait, je ne supportais pas qu’on veuille me dire quoi et comment faire et j’avais, surtout, besoin de mon espace et de ma liberté d’être après avoir été enfermée dans ma chambre durant tant d’années de jeunesse.

À travers mes voyages et mes rencontres, je me suis cependant rendue compte à quel point je suis parfaitement vivable et même agréable. A tel point qu’aujourd’hui, je n’ai plus envie d’habiter seule. Après près de 30 ans à vivre seule (ça ne veut pas dire célibataire), je rattrape le temps perdu et apprécie chaque instant quand je partage un logis avec quelqu’un. J’apprécie ma solitude mais une présence amicale dans la maison est un cadeau précieux pour moi aujourd’hui.

Retour au clan

En mars dernier, à mon retour au Québec, j’ai reçu une belle invitation pour faire partie d’un cercle de femmes. Je l’avais demandé à l’univers. Je voulais, au départ, créer un groupe de femmes pour partager ensemble un cheminement de vie quand cette offre m’a été proposée. Ce cercle avait ce même objectif et bien plus. J’ai accepté avec joie. Je savais que c’était un grand engagement envers moi mais aussi envers le groupe.

Suite à diverses expériences désagréables depuis toute jeune, j’avais toujours évité de faire partie de groupes parce que les chicanes finissaient toujours par se produire, les jalousies, etc., et ça ne me tentait pas de revivre de tels moments. Je me suis cependant dit que, avec ce cercle de belles femmes de coeur et de conscience, on allait pouvoir se parler advenant des frottements qui seraient sûrement inévitables. Nous sommes humaines.

J’ai, dès lors, fait de grands pas, pour ne pas dire de grands bonds, vers toutes sortes de choses en moi, certaines auxquelles je ne m’attendais pas du tout. Un cheminement magnifique pour me retrouver, apprendre à m’exprimer, à m’affirmer, à ne plus toujours être en deuxième place mais oser prendre la place de première, oser recevoir, « faire partie » d’un groupe, oser sentir et apprécier l’appartenance (très nouveau pour moi qui n’ai jamais senti que j’avais une famille), se soutenir les unes les autres, s’encourager, ne pas se juger, etc.

Et puis, un jour, alors que j’étais fatiguée, j’ai osé exprimer quelque chose de façon plus directe que d’habitude en rapport avec le fonctionnement du groupe. Expression à « l’européenne ». Oupsss….

La moité des femmes du cercle l’ont accueilli tandis que l’autre a explosé et j’ai reçu une « volée de bois vert », comme on dit au Québec. L’ampleur de la décharge m’a semblé totalement exagérée mais je l’ai accueillie. Ce que j’avais dit avait touché quelques-unes exactement là où elles étaient plus fragiles. Malgré moi et sans aucune intention négative, je les avais déclenchées dans leur blessure. J’en étais désolée mais c’était trop tard. Le « mal » était fait.

Je me suis sentie redevenir le « monstre », comme quand j’étais petite et je suis partie me réfugier dans ma chambre, dans mon trou de souris. J’ai cependant empêché la honte et la culpabilité me taper sur la tête car je savais que je revivais une scène de vie connue qui n’avait plus lieu d’être.

Un mal pour un bien

Pour moi, ce « mal » est en fait toujours un bien car chaque chose qu’on reçoit qui nous touche et nous déstabilise est en fait l’occasion de guérir une blessure que nous portons. Dans la situation, je me disais donc que chacune prendrait ses responsabilités et irait voir ce que ça lui faisait vivre, moi y compris bien sûr.

Elles l’ont toutes fait avec courage et authenticité mais, avant, certaines se sont quand même défoulées sur moi de façon très agressive, écrasante et humiliante. J’étais pourtant ouverte à toutes les accueillir pour en parler. Aucune n’est venue.

Je me suis retirée. Me faire engueuler là où j’avais osé m’exprimer, me faire sommer de me taire et m’humilier résonnaient comme du connu en moi et j’avais besoin d’aller voir pourquoi je me faisais revivre cette situation.

Prouver les croyances inconscientes

Heureusement, le cercle est une petite pointe parmi tous mes amis, connaissances, clients et lecteurs qui eux, sans le savoir, m’apportent chaque jour de petits bonheurs, comme ce email que je viens justement de recevoir d’une lectrice d’un blog :

« Je vous lis tous les jours.
Vous Êtes un soleil dans mes journées.
Francine« .

Cela fait des années que je ne vis plus de situations négatives dans ma vie mais je devais en revivre une pour prouver à mon inconscient qui croit encore des choses incongrues (autrefois vraies mais plus aujourd’hui), en l’occurrence que faire partie d’un groupe, d’une famille veut dire vivre des chicanes, me faire rejeter, écraser et humilier.

Le bon chemin

Un moment donné, à travers la tourmente, j’avais l’impression d’être sur un fil entre cette partie du cercle de femmes qui avaient ré-agi fortement à mes mots (et mon passé avec mon beau-père où je recevais des claques et où on m’envoyait dans ma chambre en me disant de me taire quand j’osais m’exprimer), et ma vie remplie de belles personnes et de beaux moments où je m’épanouis chaque jour de plus en plus dans la simplicité, la douceur, la joie et l’amour.

Je me suis vue sur ce fil et j’ai alors réalisé que je suis maintenant du bon côté du fil. Que ces personnes m’en ont voulu car elles n’avaient pas encore regardé leurs blessures et avaient préféré mettre la faute de leurs souffrances sur mon attitude. De déclencheur, j’avais passé à souffre-douleur, un autre rôle que je connaissais bien.

Être Soi, accueillir et rester Soi

J’avais été le déclencheur d’une « bombe » m’a-t-on dit. Ce n’est pas la première fois que ça m’arrive et je l’assume entièrement. Quand j’étais petite et que j’ai commencé à vivre de telles situations, je ne comprenais tellement pas ce que j’avais dit ou fait comme étant mal que j’avais l’impression que le ciel me tombait sur la tête sans ne rien comprendre…. jusqu’à ce qu’on me l’explique. L’enfant doit recevoir des explications pour comprendre la vie.

Quand j’étais jeune et que je déclenchais ces situations, plus tard, j’avais appris à faire en sorte que les retours me coulent sur la tête comme sur le dos d’un canard en me coupant de mes émotions. Comme je ne savais pas comment être autrement, et que je trouvais que je ne méritais pas tous ces coups en retour, je n’avais pas trouvé d’autre issue que me blinder émotionnellement. Ce blindage est devenu, pas la suite, une prison de laquelle j’ai émergé avec grand peine il y a quelques années mais il m’est encore facile d’y retourner et je dois faire attention car je me coupe alors de mon ressenti et des relations.

Aujourd’hui, je vois à quel point le chemin parcouru et tous mes efforts pour devenir une « bonne personne » m’a permise de ne pas retomber dans l’état dépressif que j’ai vécu entre 18 et 52 ans quand j’ai reçu cette « volée de bois vert » de la part des femmes du cercle. J’aurais pu. La décharge en retour a été violente pour moi. C’est là que j’ai vu toute la résilience et la solidité que j’ai acquises avec les années et j’en suis très heureuse. Je ne me laisse plus écraser. J’ai une valeur et personne ne pourra plus jamais me l’enlever.

Accueillir et ne pas jouer le jeu de l’autre

Je ne réponds pas aux expressions d’agressivité et de culpabilisation.

On dit que la violence attire la violence. Moi je crois que l’amour attire l’amour aussi je préfère répondre avec amour, même si c’est juste dans l’énergie car, parfois, il est impossible de l’exprimer à l’autre quand il/elle est trop pris/e dans ses émotions.

Les ré-actions dues à un déclenchement ne m’appartiennent pas. Je suis là pour accueillir si la personne a envie qu’on s’en parle avec conscience mais je n’entre pas dans le jeu de la confrontation au cas où une discussion est impossible.

Il est plus sage, à mon sens, de laisser décanter la poussière afin que chacun puisse réaliser ce qui se passe, chacun pour soi. Le partage peut ensuite permettre de finaliser la relation dans la paix, ce que je souhaite toujours de tout coeur. J’ai cependant appris que ce n’est pas toujours possible. La seule chose à faire alors est d’envoyer de l’amour.

Avoir le courage de regarder et remercier

Chaque situation de vie qui nous brasse, qui nous déclenche, nous amène à la guérison de fausses croyances, de blessures de cette vie ou de vies passées. Ce qui compte, c’est d’avoir le courage de regarder en soi ce qui a été déclenché et d’en prendre la responsabilité afin ne pas tenter de culpabiliser la personne déclencheuse qui ne le mérite pas ce qui, de toute façon, ne réglera rien.

Dans l’ouverture de la blessure, on trouve le choc, la souffrance. S’accueillir avec bienveillance et sans jugement, oser regarder, observer, accueillir avec douceur, laisser les émotions être vécues, laisser la guérison prendre place… avec amour.

Je peux dire aujourd’hui un grand merci à toutes les belles femmes de coeur de ce cercle de me permettre de guérir cette vieille et profonde blessure. Cela a passé par quelques ouragans* mais le calme est revenu avec un beau soleil sur mon chemin vers l’avenir… Gratitude 🙂

PS : Merci de laisser votre commentaire ci-dessous plutôt que dans Facebook qu’il reste avec l’article.

De tout coeur

Dominique Jeanneret
Thérapeute, Québec

© Tous droits réservés sur tous mes articles. Vous pouvez les reproduire (en tout ou partie) à condition de ne rien y changer, de mettre ma signature et de laisser ce dernier paragraphe avec le lien vers www.dominiquejeanneret.net. Merci de respecter ainsi mon travail.

* Cette situation s’est passée en même temps que les ouragans Irma, José, Katia et Maria sur l’Amérique centrale ainsi que les tremblements de terre à Mexico…

 

31 thoughts on “Vivre en société tout en restant Soi

  1. Merci Dominique pour ce beau partage.

    C’est drôle … même si mon histoire est différente, j’y trouve des points communs … Merci pour tous vos partages qui sont une aide pour comprendre et guérir.

    Bien à vous

  2. Mon histoire ressemble beaucoup à la tienne……mon ouverture en spiritualité s’est fait à l’âge de 40 ans et je chemine seule, avec mes hauts et mes bas, en arrière-plan, mais je suis fière de mon cheminement.
    Heureuse pour toi d’être sur scène……c’était mon rêve…….afin d’enseigner tout le bagage cumulé……..j’ose dire qu’un jour ce sera mon tour, si c’est mon chemin de vie…..merci pour ce beau partage……..j’aime te lire……et bonne continuation…..

    1. Je suis sur scène dans mes stages mais pas ailleurs… Pas à pas, on sort de son cocon… Je t’en souhaite autant.
      QUe le meilleur soit,
      De tout coeur

  3. Je rejoins Isabelle et Clô, c’est touchant et j’y trouve aussi des points communs avec mon histoire.
    C’est bien écrit, le déroulé nous fait bien comprendre le processus qui s’est mis en place, qui s’est répété, puis s’est enfoui, puis est ressorti comme pour vérifier.

    Merci pour ce récit authentique.

    Maria*

    *quand j’entends à la radio « l’ouragan Maria » je tressaille…pourquoi ont-ils choisi de donner des prénoms à des événements qui apportent des catastrophes ?

  4. Merci pour ce beau témoignage, il n’y a pas de hasard dans la vie, c’est exactement le texte que j’avais besoin de lire présentement pour comprendre certaines choses. Un gros merci!

  5. Merci pour ce témoignage et ton authenticité, qui résonnent en moi aussi. Nous sommes tous reliés les uns aux autres, c’est vrai! Prends soin de toi.

  6. Merci Dominique pour ce partage courageux. Au delà de ton histoire personnelle, merci d’avoir décortiquer le processus qui s’enracine en chacun d’entre nous, d’en prendre conscience et d’utiliser chaque situation pour continuer de guérir et d’aller vers l’Amour de Soi et des autres. Merci , Merci pour tout. Tes messages sont pour moi une source d’inspiration très importante.
    Très bon dimanche.

    1. Merci Zahia, je suis heureuse que tu apprécies mes « décortications » 😉 et j’espère avoir encore le plaisir d’échanger avec toi.
      QUe le meilleur soit,

  7. Merci infiniment pour ce partage puissant et émouvant. Cela fait plusieurs années que je vous lis avec un énorme plaisir car tout ce que vous écrivez est touchant, authentique et très parlant donc super enrichissant.
    Je suis très heureuse de ce que vous vivez et expérimentez durant vos voyages et ateliers mais j’ai, égoïstement, la nostalgie du temps où vous aviez davantage le temps d’écrire et de vous raconter.
    Vos expériences nous parlent à tous d’une façon ou d’une autre, elles sont universelles alors encore MERCI pour ce que vous êtes et pour ce talent d’écriture qui est le votre. Ingrid

    1. Bonjour Ingrid,
      je suis heureuse que vous aimiez mes partages qui reflètent la vie de bien d’autres personnes, en fait.
      J’aimerais avoir plus de temps pour écrire, vous savez, et je rêve du temps où j’aurai moins d’heures de travail à faire pour « gagner » ma vie et donc plus d’heures pour laisser mon âme et mon coeur se poser sur le papier (ordi, en fait ! 😉 ).
      Un jour, cela va arriver… j’y travaille fort !
      Merci pour votre beau message qui m’encourage à continuer d’écrire !
      De tout coeur,

  8. Bonjour et merci pour ce beau témoignage. J’aime la sincérité et la vérité et là : je ne peux qu’apprécier. Au delà du paraître il y a toujours l’être et nous sommes tous blessés. Bonne journée Blandine

  9. Votre texte fais une synchronicité avec ce que je vie avec ma famille , ce que j’ai vécu a travers le militaire et ce que j’ai vécue en retournant pour revenir un civil. Aujourd’hui, et ça fait deux ans maintenant, je peux respirer car je comprends. J’ai fait de grands changements et même me déraciner pour vivre autrement ma vie. Quand je parle de synchronicité, c’est que ce matin, j’ai vue le mot : oublié, exclu, dérangement, attitude de vie nouvelle. On ne se connait pas mais ton histoire je l’ai vécue et a travers de ton texte, je me suis vue revivre mon enfance et l’adolescence. Maintenant, je suis bien car ton texte m’est venu comme un baume et non une réaction négative. C:est guéris ! merci a toi et à la vie car nous somme tous reliés.

    1. Cela me fait très plaisir que mon partage t’ai rejointe et t’ait permise de finaliser cette guérison. Nous sommes tous interreliés et nos partages nous aident à grandir les uns les autres.
      Je te souhaite le meilleur et bonne route !

  10. Merci Dominique, pour ce message que je ne lis en entier qu’aujourd’hui. Mais qui tombe à pic pour moi. Tu confirmes ce que j’ai ressenti depuis longtemps mais que j’ai des difficultés à accepter encore  » Le partage peut ensuite permettre de finaliser la relation dans la paix, ce que je souhaite toujours de tout cœur. J’ai cependant appris que ce n’est pas toujours possible. La seule chose à faire alors est d’envoyer de l’amour. » Difficile pour moi de voir que l’autre ne puisse pas entendre ce que je dis….et que le partage ne puisse arranger la relation. Et du coup parfois je n’arrive plus à n’envoyer que de l’amour, la colère reprenant le dessus, malgré tout le travail que j’ai fait.

    1. Alice,
      on doit savoir lâcher prise et couper les liens négatifs qui nous font du mal sinon on va rester avec la colère et la rancoeur justement alors que l’autre vit sa vie sans nous et n’a aucune conscience de ce qu’on vit.
      La colère est toujours tournée contre soi-même. La personne te la déclenche pour que tu règles ce qui la crée chez toi et que tu te pardonnes qqch qui te met dans cette colère.
      Tu peux faire une méditation où tu vois la personne en face de toi ainsi que tous les liens qui sont entre vous. Tu décides ensuite de couper les liens désagréable ainsi que de remettre à l’autre ce qui lui appartient et reprendre ce qui t’appartient. Tu te mets dans ta bulle de lumière et tu mets l’autre dans sa bulle, le tout dans l’amour. Ça devrait t’aider à déconnecter…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *