Oser regarder la réalité du monde avec bienveillance et sans jugement

Tous les jours depuis des années, je publie sur ma page Facebook de jolies images, des pensées inspirantes et motivantes, des vidéos, des choses positives… et puis, un jour, j’ose passer un message (voir en bas de l’article) où je me questionne sur notre société, sur les milliers de sans-abris dont personne ne parle, que la plupart des gens n’osent même pas regarder quand ils passent devant… alors qu’on a offert des couvertures aux gens qui ont dormi dehors pour être en avant au cortège des funérailles de Johnny Hallyday.

Un message transféré depuis la page de la relève de Coluche. Un message qui appelle à la compassion et à la bienveillance en ces temps où il fait de plus en plus froid.

« Shocking !!! »

Plusieurs personnes ont trouvé ce message désolant, décevant, pas digne de moi (venant de Coluche directement, ça aurait mieux passé ?!), interprétant mon message comme dénigrant « notre Johnny qui a marqué notre jeunesse à tous » (moi y compris)… à tel point qu’elles se sont désabonnées de ma page Facebook.

Jamais je n’aurais dit du mal de Johnny. Il nous a tous fait chanter, danser, penser… Mon message n’avait en fait rien à voir avec lui.

Alors j’ai une question pour vous : pensez-vous que ces personnes qui se sont désabonnées de ma page, offusquées de propos qui ne dénigraient personne mais qui étaient juste là pour faire faire une prise de conscience… pensez-vous que ces personnes osent regarder les sans-abris quand elles passent devant ? Pensez-vous qu’elles aident les personnes dans le besoin à avoir une vie plus heureuse sans aucune attente de retour ? Pensez-vous qu’elles appliquent toutes les choses positives qu’elles trouvaient dans ma page chaque jour dans leur vie quotidienne ?

Tout est toujours question d’interprétation

Il s’agit toujours de voir où les mots viennent nous toucher à l’intérieur, qu’est-ce que ça déclenche en nous qui nous dérange. Ces ré-actions nous appartiennent et proviennent d’interprétations mentales soutenues par des croyances, par des blessures sous-jacentes.

Si des personnes se sentent ainsi dérangées par une ouverture à une prise de conscience, au point de se désabonner de ma page, je leur souhaite un beau voyage.

Je ne suis pas Mme Bisounours même si je publie majoritairement de jolies choses qui ne dérangent pas. J’ai eu ma part de vie difficile et je suis toujours très touchée de voir, notamment, des personnes qui n’ont pas de logis ni de nourriture.

Je fais ce que je peux, goutte par goutte dans l’océan de la misère humaine et j’espère un jour pouvoir faire beaucoup plus. En attendant, je lance (rarement quand même) des bouteilles à la mer pour faire en sorte qu’on arrête de se voiler la face et qu’on ait envie d’aider ceux qui sont dans le besoin.

Ce n’est pas la première fois que je reçois ce genre de commentaires pleins d’arrogance à des messages de coeur et de conscience. Je suis chaque fois tellement déçue et triste de voir ce genre de réactions hautaines, de jugement et de manque de compassion de la part de personnes qui se disent en conscience, de coeur, etc….

Apprécier sans jugement et en tirer l’enseignement

Pour avancer dans la vie, on doit être capable de se regarder en face et apprécier toutes les leçons que la vie nous apporte pour grandir et être plus heureux. On doit être capable de réfléchir à des messages qui peuvent être « shocking » (comme disent les Anglais puritains) sans pour autant juger et vouloir démolir la personne qui a osé s’exprimer.

Au fait, pourquoi vouloir démolir quelqu’un qui vient de nous dire des vérités ?!

Parce que ça nous touche, justement, au bon endroit, à la bonne place, là où ça fait mal, là où ce n’est pas encore réglé en soi. Plus tard, on lui dira merci. En attendant, on peut soit fuir en prenant un air choqué, soit sauter au plafond en gesticulant, soit… juste prendre soin de ce qui se passe en soi, pour comprendre et guérir ce que la vie vient de nous envoyer pour qu’on puisse justement grandir.

J’ai failli supprimer ce « post » de ma page Facebook, à lire les commentaires de ces personnes choquées parce que j’ai osé les faire réfléchir. Je n’aime pas les chicanes, pas du tout.

Et puis non, je l’ai laissé. Et j’ai écrit cet article.

Voici le message qui a créé tant de polémique sur ma page Facebook :

 

De tout coeur,

PS : merci de laisser votre commentaire ci-dessous plutôt que dans Facebook, qu’il reste avec l’article.

Dominique
www.dominiquejeanneret.net

© Tous droits réservés sur tous mes articles. Vous pouvez les reproduire (en tout ou partie) à condition de ne rien y changer, de mettre ma signature et de laisser ce dernier paragraphe avec le lien vers www.dominiquejeanneret.net. Merci de respecter ainsi mon travail.

 

 

 

 

Vidéo 1 : Défi anti-procrastination relevé !

Me voici avec ma première vidéo d’un défi que je me suis lancé, soit d’en faire une chaque jour (ou presque) avec un sujet, une idée, une réflexion, une expérience, une réponse à une question que vous m’aurez posée…

C’est tout un défi pour moi d’oser me montrer en vidéo et ça m’a pris 10 jours avant d’oser le faire !

Après avoir écrit des articles pendant des années – cela fait 20 ans que je suis sur le web et depuis 2005 que je « blogue » – et, donc, que je suis restée cachée derrière l’ordinateur, j’ose me mettre devant la caméra.

Procrastiner, c’est laisser nos peurs nous contrôler. Un moment donné, un petit coup de pied dans le derr…. et on dépasse nos peurs. C’est ce que je viens de faire et c’est ce dont je vous parle, entre autres. Finalement, ce n’était pas si difficile 😉

J’espère que ces petites capsules vous plairont. N’hésitez pas à mettre vos commentaires ou poser vos questions ci-dessous (pas dans Facebook qu’ils restent avec l’article).

A demain !

PS : j’ai même osé me regarder en vidéo et vous savez quoi ? J’ai été touchée et fière de moi. Oufff… quel beau pas et quel beau cadeau je viens de me faire… 🙂